Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le COVID19 pour les intelligents qui s'ignorent

Le COVID19 pour les intelligents qui s'ignorent

Tout ce que vous voulez savoir sur le covid19 sans jamais oser le demander

Articles avec #immunitecovid19 catégorie

Publié le par M. E. DAVID
Publié dans : #Raoultcovid19, #mutationscovid19, #testscovid19, #masquescovid19, #immunitecovid19

Voila les différentes interviews de Didier Raoult. Dans ces vidéos il reprend de nombreux sujets que je vais traiter dans différents articles à venir. 

Bon visionnage.

Take gare.

M.E. David 

Interview du professeur Raoult sur LCI avec Laurence Ferrari le 14 septembre 

L'interview sur la chaîne de l'IHU

Audition au sénat le 15 septembre 

Interview sur LCI avec Darius Rochebin le 16 septembre

Voir les commentaires

Publié le par marje@mdavid19.com
Publié dans : #findepandemiecovid19, #immunitecovid19, #masquescovid19

Je vous invite à écouter la vidéo du professeur Jean François Toussaint, qui résume parfaitement la situation actuelle à savoir : 

Malgré le nombre croissant de personnes contaminées par le covid19 en France, le taux de mortalité reste 100 fois moins important que ce qu'il était au pic de l'épidémie.

Les contaminations touchent essentiellement les jeunes qui ont, pour la grande majorité, un système immunitaire leur permettant d'affronter le virus sans conséquences dramatiques. De plus la moitié d'entre eux sont asymptomatiques grâce certainement à une immunité croisée  (développée au contact d'autres coronavirus moins virulents). Il ne faut pas les prendre pour des boucs émissaires car grâce à eux on augmente finalement l'immunité populationnelle sans qu'il y ait de conséquences mortelles. Et si une deuxième forme plus virulente de covid20 venait à apparaître (dans le cas d'une saisonnalité du virus, ce qui n'est pas le cas pour l'instant), la circulation du virus serait ralentie.

Seules les personnes âgées et les personnes ayant des problèmes cardiaques, métaboliques (diabète, hypertension...) ou des insuffisances respiratoires et immunodéprimées sont à risque.

La contamination se fait essentiellement dans la cellule familiale ou dans les structures où une forme de promiscuité règne. Le port du masque peut alors être utile si une personne est contaminée mais pour lui en extérieur il ne se justifie pas.

D'après lui, les conséquences du confinement généralisé et des décisions politiques mondiales sont et seront plus mortelles que le covid, il mentionne 60 000 morts d'enfants liées à la malnutrition suite à ces décisions politiques. 

Pour lui les décisions qui ont été prises par le conseil scientifique se sont faites sur des connaissances scientifiques qui étaient peu fiables et qui n'ont quasiment pas été reactualisées depuis le mois de mars. Ce conseil n'a plus de raison d'exister. De plus il ne faut pas culpabiliser les français en leur disant qu'ils seront responsables de la deuxième vague par leur mauvais comportement car la transmission.

"C'est sur les décès que l'on voit et que comprend l'importance d'une pandémie"

Or les mesures qui ont été prises n'ont rien changé car la baisse de mortalité est due à une adaptation du virus à l'homme qui est beaucoup moins virulent et mortel qu'au pic de l'épidémie pandémie. 

Un scientifique qui devrait être plus relayé sur les médias pour rassurer ceux qui s'inquiètent encore. 

Take care.

M.E. David 

 

Voir les commentaires

Image par Gerd Altmann de Pixabay

Image par Gerd Altmann de Pixabay

Hier dans un communiqué de presse, le gouvernement a annoncé la signature entre l'Alliance Inclusive (formée par la France, l'Allemagne, les Pays-Bas et l'Italie) et AstraZeneca, pour l'achat de vaccins contre le coronavirus SARS-CoV2, responsable du Covid-19.

 

Des vaccins prometteurs ? 

Il existe une centaine de vaccins qui sont en tests actuellement mais seulement une dizaine seraient suffisamment aboutis pour espérer avoir un résultat efficace.

Toute la planète scientifique est à l'oeuvre : collaboration internationale, partage de presque toutes les données scientifiques, travail acharné des équipes qui rivalisent de créativité. En temps de crise, il ne faut pas négliger l'inventivité et la solidarité, car c'est souvent dans ces moments là, que les hommes, mus par des désirs altruistes et de dépassement, donnent le meilleur d'eux-mêmes, et sont capables de réaliser des exploits.

Les laboratoires se sont lancés corps et âmes (si tant est qu'ils en aient une ?) dans ce projet fou : mettre au point un vaccin efficace en moins d'un an. C'est aussi une course effrénée vers un juteux sésame car vacciner 7 milliards d'individus, ça représente quand même un joli pactole, surtout s'il faut le faire tous les ans.  

Normalement il faut compter plusieurs années pour réaliser cette performance et le but de l'industrie pharmaceutique est d'y arriver entre 6 et 8 mois. Il faut dire que le jeu en vaut la chandelle, mais comment s’assurer que ces vaccins ne seront pas bâclés et qu'ils ne nous feront pas plus de mal que de bien ?

 

Quelles précautions pour s'assurer de la qualité et de l'innocuité de ces vaccins ? 

On voit que le gouvernement a pris beaucoup de précautions ces derniers temps pour ne pas traiter les personnes atteintes du Covid-19. Il a en effet, interdit de traiter les patients Covid-19 avec de l'hydroxychloroquine et a restreint l'usage des antibiotiques (et en particulier de l'azithromycine) pour les médecins de ville (et de campagne) alors que ces molécules sont très largement utilisées en France comme dans le monde et leur innocuité a largement été démontrée.  

Nous sommes impatients de voir toutes les procédures de validation auxquels les "vaccins candidats" vont être soumis. Nous attendons aussi les éléments suivants car même si nous ne sommes pas tous des "sachants" nous avons le droit de savoir :

- la composition détaillée du vaccin, avec tous les adjuvants et excipients,

- l'explication du mode d'action du vaccin,

- les études d’innocuité pour chacun des composants et pour le vaccin lui même,

- et surtout les résultats positifs des études cliniques en double aveugle (contre placebo) de ce vaccin.  

Car malheureusement, on sait que dans la composition des vaccins, entre souvent de nombreux adjuvants, comme l'aluminium ou le mercure et nous souhaitons que notre gouvernement prenne autant de précaution avec ce futur vaccin qu'avec les traitements qu'il ne nous a pas autorisés pour nous soigner. Nous ne voulons pas servir de cobaye à l'échelle planétaire pour faire grimper le cours des actions des sociétés pharmaceutiques car notre santé vaut plus que des dollars. 

Nous savons que pour certaines pathologies, comme le SIDA ou l'Herpes, qui sont aussi des problèmes de santé publique majeurs, le développement d'un vaccin a montré jusqu'à présent ses limites. En effet, malgré des millions, voire des milliards d'euros investis sur plusieurs dizaines d'années, nous n'avons toujours pas trouvé de candidats, même si la recherche progresse et que quelques pistes sont prometteuses.

De plus la mise au point des vaccins n'est pas quelque-chose d'aisé. Jusqu'à présent, jamais aucun vaccin n'a réussi à être mis au point pour un coronavirus. En effet, même si le virus SARS-CoV-2 mute deux fois moins que celui de la grippe, il mute quand même beaucoup. Le coronavirus possède un système de réparation qui lui permet de corriger certaines erreurs lors de sa réplication, mais ce système n'est pas infaillible et depuis le début de l'épidémie, le virus a subi des milliers de mutations, on peut distinguer à ce jour 5 clades différents  (des familles de virus avec certaines mutations caractéristiques). D'après certains chercheurs spécialisés dans la génétique, les nombreuses mutations pourraient compromettre la mise au point d'un vaccin. De plus il semblerait qu'il y ait des zones plus sujettes que d'autres à muter (voir mes articles #genetiquecovid19) et sur lesquelles il vaut mieux éviter de baser un vaccin.   (photo site nexstrain)

Souhaitons que les progrès qui vont être réalisés grâce à cette course au vaccin contre le Covid-19, feront avancer la science vaccinale et la science en général.

Que savons nous d'AstraZeneca et de sa fusion éventuelle avec Gilead ?

AstraZeneca est une société pharmaceutique basée au Royaume-Uni qui a une valeur de 140 milliards de dollars.  C'est le plus grand fabricant de médicaments au Royaume-Uni en termes de C.A. Elle a développé des solutions de traitements contre des pathologies allant des maladies cardiovasculaires jusqu'aux cancers du poumon et du sein.

Elle aurait approché officieusement la société pharmaceutique Gilead, le mois dernier, au sujet d'une fusion potentielle. Gilead, (valeur de 96 milliards de dollars), est à l'origine du remdesivir, le concurrent de l'hydroxychloroquine, qui a été approuvé aux États-Unis pour être utilisé pour des patients Covid-19.

AstraZeneca n'a donné aucune information à propos de cette transaction. Il semblerait que Gilead en ait discuté avec des conseillers, aucune décision n'a cependant fuité sur la façon de procéder. Nous attendons le début de la semaine pour en savoir plus sur cette fusion qui pourrait créer un géant Pharmaceutique. Les actions de la société d'AstraZeneca ont progressé de 41 % sur les douze derniers mois et celles de Gilead de 19 %.

De plus le nouveau groupe pourrait faire coup double, d'une part avec ce nouveau vaccin et avec le remdesivir de Gilead qui devrait être autorisé sous peu en Europe dans le traitement du Covid-19. Il a été approuvé aux Etats-Unis et notre Agence européenne du médicament s'empresse de l'évaluer afin qu'il puisse devenir le premier traitement anti-viral autorisé dans tous les pays d'Europe. Les résultats des études cliniques sont pourtant mitigés. 

D'après des essais chinois, la molécule semblait ne pas améliorer l'état des patients malade du Covid-19 et ne pas réduire la présence de l'agent pathogène dans le système sanguin. De plus, le remdesivir pouvait avoir des effets secondaires importants ce qui avait conduit l'arrêt du traitement pour plus de 10% des personnes traitées.
Aux Etats-Unis, il est autorisé dans le traitement des formes graves de la maladie. Selon un rapport publié par le New England Journal of Medecine, sur un échantillon de 1 063 patients ayant une forme avancée le remdesivir aurait permis aux malades hospitalisés de se rétablir en moyenne 4 jours plus tôt que le groupe témoin. Mais peut-on encore vraiment faire confiance aux revues médicales quant tant d'argent est en jeu ? 

Que savons nous du vaccin d'AstraZeneca ?

Nous ne savons pas grand chose sur le vaccin d'AstraZeneca.

Il s'agit d'un projet qui s'appuie sur les travaux menés par des chercheurs de l'Université d'Oxford. Il est actuellement en étude clinique, en phases III et IV, c'est à dire qu'il est testé sur des volontaires humains. 

Normalement, on attend les résultats des études cliniques avant de produire les vaccins, mais Pascal Soriot le PDG d'AstraZeneca a pris le risque de commencer à produire ce sésame afin de s'affranchir du long délai de fabrication et de pouvoir commencer à mettre à disposition le vaccin dès les résultats des études cliniques. Il se prépare à livrer 400 millions de doses aux USA et au Royaume-Uni dès septembre (respectivement 300 et 100). Ils se sont, de plus associés à une société indienne, qui est le principal fabricant de vaccin mondial afin d'accélérer la production du vaccin et d'assurer sa distribution au niveau mondial. L'Europe par l'intermédiaire de l'Alliance Inclusive a passé une précommande de 400 millions de doses. 

AstraZeneka a récolté la modique somme de 2 milliards de dollars entre les précommandes et les 750 millions de dollars provenant des organisations caritatives. La société a aussi signé des accords avec Gavi et CEPI (Coalition for Epidemic Preparedness Innovations) pour augmenter ses approvisionnements.

Dans le cas où ce vaccin ne serait pas efficace la perte serait de l'ordre de 800 000 à 2 000 000 d'euros. Un pari que le Français Pascal Soriot n'a pas hésité à prendre.

Pourquoi prendre le risque d'acheter un vaccin dont on ne connait pas l'efficacité ?

- Pour apaiser la peur des gens et montrer que tout est sous contrôle

Tout était là pour créer de la peur, de l'angoisse et de l'anxiété : Le virus, la situation inédite du confinement, les auto-autorisations de sorties, le déconfinement avec une semi-liberté, les messages parfois contradictoires du gouvernement (ex : à propos du port du masque), le tout amplifié par les médias, qui pour faire le buzz, ont relayé tout et son contraire, les réseaux sociaux qui ont, à leur manière, pris le relais pour tenter d'apporter des informations brutes, parfois exagérées et parfois justes. Car c'est grâce aux chercheurs de vérité du net, qu'a été mise au grand jour l'affaire du LancetGate.

Tout cela a créé un climat d'inquiétude et une méfiance par rapport aux médias et par rapport aux décisions prises par le gouvernement, lors de la gestion de cette crise sanitaire.

Comme le gouvernement n'autorise aucun autre traitement que le doliprane, beaucoup de Français attendent le vaccin avec impatience car ils ont peur d'attraper le Covid-19 et de finir, comme les 20 % des patients hospitalisés : dans un cercueil !

Certains pensent que comme la pandémie est sur sa fin en France, il n'y a plus besoin de se faire vacciner.

D'autres veulent avoir le choix de ne pas se faire vacciner. D'une part par méfiance vis à vis du lobby de l'industrie pharmaceutique et d'autre part, vis à vis des projets de vaccinations de masse, associées à l'attribution d'une identité numérique par nano puce (afin de vérifier entre autre la couverture vaccinale), avec toutes les dérives que cela pourrait entraîner.

Quid des personnes déjà immunisées contre le Covid-19 (ayant des doses d'anticorps neutralisants) ? Va-t-on faire une détermination de la sérologie de la population française, pour savoir qui il faudrait vacciner ?

Qu'en est-il de l'immunité procurée par les autres coronavirus (responsables de rhume) ? Aurons-nous des réponses par rapport à cette immunité non spécifique du Covid-19 ? Procure-t-elle une immunité collective pour les sujets jeunes ? 

Le gouvernement va devoir montrer patte blanche avec ses projets de vaccination et répondre à ces questions pour réconcilier tout ce petit monde.

 

- Un pari risqué qui risque de nous coûter cher en cas de non efficacité du vaccin ou de disparition du virus

Comme l'approvisionnement des masques a été jugé pour beaucoup comme un flop, le gouvernement, pour les vaccins, prend les devants et préfère en acheter même si nous n'avons pas la certitude qu'il fonctionnera.  Pour ne pas que la population lui reproche de ne pas avoir anticipé. La secrétaire d'état a précisé qu'il soutiendrait financièrement aussi d'autres projets parmi les plus prometteurs, histoire d'avoir une sortie de secours en cas de mauvaise surprise. Mais si ce candidat ou un autre venait à ne pas fonctionner cela risque de nous coûter le montant de notre pré-commande...  

Tous les pays riches se sont jetés dans l'arène pour acheter les futurs vaccins d'AstraZeneka. Comme pour les masques ou les réactifs des tests de dépistage, c'est la guerre aux plus offrants et surtout aux plus rapides ! Mais les pays pauvres ne seront pas évincés de la course car les états les plus riches et les associations caritatives (dont celle de notre bienfaiteur mondial qui n'a de cesse de se préoccuper de notre santé) ont prévu un accès au vaccin pour tous.

Le vaccin doit effectivement être accessible à tous mais en toute transparence, dans la bienveillance et dans le respect de notre libre choix éclairé.   

Take care,

M. E. DAVID

#Azythromycine #HQCcovid19 #immunitecovid19 #phylogeniecovid19 #vaccincovid19 #AstraZeneca #Gilead #genetiqueducovid19 #IgGcovid19

L'achat de vaccins contre le COVID-19 confirmé par le ministère de la santé
https://www.businessinsider.com/bill-gates-backing-boosts-2-billion-doses-astrazeneca-coronavirus-vaccine-2020-6?IR=T https://www.usinenouvelle.com/editorial/le-groupe-pharmaceutique-astrazeneca-a-approche-gilead-en-vue-d-une-fusion-selon-bloomberg.N972866 https://www.leparisien.fr/societe/coronavirus-l-espoir-d-un-vaccin-avant-la-fin-de-l-annee-13-06-2020-8335035.php https://nextstrain.org/ncov/global/2020-05-14 https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-06-07/astrazeneca-is-said-to-approach-gilead-about-potential-merger https://exoportail.com/avant-quil-ne-soit-prouve-efficace-astrazeneca-va-produire-2-milliards-de-doses-du-vaccin-contre-le-covid-19-apres-un-accord-de-750-millions-de-dollars-avec-des-organisations-soutenues-par-bill-gate/amp/?__twitter_impression=true

Voir les commentaires

Publié le par M. E. DAVID
Publié dans : #IgGcovid19, #fibrosecovid19, #Raoultcovid19, #immunitecovid19, #testscovid19, #testsserologiquescovid19

Vous pouvez enfin vous faire tester pour savoir si vous avez développé des anticorps contre le coronavirus SARS-CoV-2, responsable de la maladie covid-19.

Les laboratoires d'analyses étaient prêts depuis déjà plusieurs semaines mais ils attendaient le feu vert des autorités pour commencer à faire les tests. 

Hier, en allant rechercher des résultats d'analyses, j'ai découvert que l'autorisation avait été donnée. Bien que je suive de près l'actualité, sans toutefois regarder la télévision, je n'avais pas eu accès à cette information pourtant de première importance, mais peu relayée. 

Lorsque j'ai demandé si l'on pouvait me faire le test tout de suite, j'ai senti une certaine frilosité, on m'a dit que c'était déconseillé, que ça ne serait pas remboursé par la sécurité sociale, même sur prescription médicale.

Mais pour moi, l'important était de ne pas rester dans l'incertitude, j'ai alors décidé de le faire.

Dans le laboratoire d'analyse de ma ville, le test coûte finalement 30 euros comme annoncé dans mon précédent article sur l'immunité). La prise de sang est très courte car on vous prélève une toute petite quantité de sang. Et les résultats sont très rapides : prélèvement 16h30, résultats envoyés par SMS 09h45 ce matin.

Exemple de résultat de test sérologique dosant les Ig G du SARS-CoV-2 responsable du COVID-19

Exemple de résultat de test sérologique dosant les Ig G du SARS-CoV-2 responsable du COVID-19

Pourquoi un test en laboratoire d'analyses ?

J'ai finalement choisi de faire un test en laboratoire d'analyses médicales car ce sont des professionnels en qui j'ai confiance, qui prennent toutes les mesures pour réaliser des tests fiables.

J'avais eu l'occasion de discuter avec la médecin de biologie médicale qui m'avait fait part de la batterie de tests qu'ils avaient réalisés pour s'assurer de la bonne performance de ce test sérologique Covid-19.

Pour commercialiser un test en France, il y a une obligation du constructeur à indiquer le label CE sur le produit. Cependant, ce label ne garantit ni la qualité ni les performances du test. Il précise que le fabriquant a juste respecté un cahier des charges sur déclaration. C’est à l'utilisateur de s'assurer que les performances du test correspondent bien à celles indiquées.

La vérification des performances se fait sur deux critères la sensibilité et la spécificité. (Rappel : La sensibilité est bonne lorsque le test sur un patient qui a la maladie donne une sérologie positive. La spécificité, quant à elle, est bonne lorsque le test sur un patient n’ayant pas eu la maladie donne une sérologie négative.)

De plus, ces tests immunologiques sont effectués sur le sérum (liquide du sang dépourvu des globules rouges, des globules blancs, des plaquettes sanguines et de certaines protéines impliquées dans le mécanisme de coagulation) et non sur l'échantillon de sang total.  Ceci permet d'avoir une bien meilleure sensibilité car à volume égal, le sérum contient près du double d'anticorps que le sang total. 

Nous avons la chance d'avoir en France, des spécialistes médicaux du diagnostic biologique : les biologistes médicaux alors autant profiter de leur savoir-faire.

source : https://www.biogroup-lcd.fr/actualites/serologie-coronavirus

source : https://www.biogroup-lcd.fr/actualites/serologie-coronavirus

Sommes nous immunisés si nous avons des anticorps ?

Pour mieux comprendre les termes techniques (Ig G, Ig M, anticorps neutralisants...), je vous invite à lire ou relire mon article sur l'immunité. 

Pendant que j'ai réalisé mon test, la personne qui a effectué la prise de sang m'a dit "vous pourrez juste savoir si vous avez été en contact avec le virus ou pas, mais pas si vous êtes immunisée". 

Étonnée par sa remarque, je lui ai demandé si le test dosait bien les immunoglobulines Ig G, le test devait donner un résultat quantitatif et pas uniquement qualitatif (présence ou absence d'immunoglobulines Ig G).

Il m'a confirmé qu'il s'agissait bien d'un dosage des immunoglobulines Ig G et qu'en cas de résultat supérieur à 1, cela confirmait la présence d’anticorps dans le sang.  Il m'a, à cette occasion, fait part de sa surprise lorsqu'il a découvert le résultat d'un patient qui était resté asymptomatique (n'ayant présenté aucun symptôme pendant son infection), son taux d'immunoglobulines Ig G était bien au delà du seuil de détection.

J'ai juste rappelé qu'en dosant mes Ig G, il recherchait mes anticorps neutralisants spécifiques du SARS-CoV-2 donc qu'il était en train de mesurer mon immunité vis à vis de ce coronavirus.

Personne n'a suffisamment de recul, à ce jour, pour dire combien de temps ces anticorps neutralisants seront protecteurs, mais jusqu'à preuve du contraire, ils le sont, comme tous les anticorps développés pour d'autres maladies infectieuses à coronavirus, les données scientifiques actuelles penchent plutôt dans ce sens (voir mon article sur l'immunité).    

De plus, d'après un article paru le 20 Avril, dans le Vidal, (journal destiné aux médecins), "Les données dont nous disposons concernant le SARS-CoV-2 sont certes préliminaires, mais elles sont, pour l’instant, parfaitement en ligne avec les informations acquises lors de l’étude des autres coronavirus humains : ceux responsables de 15 à 20 % des rhumes (229E, OC43 ou HKU1, par exemple), SARS-CoV-1 et MERS-CoV".

C'est d'autre part, sur la présence de ces anticorps neutralisants dans le plasma de personnes guéries, qu'est basée la thérapie de transfusion de plasma. Je prépare un article dédié à cette thérapie.

 

A qui s'adresse ce test sérologique ?

Je vous invite à tous faire ce test pour connaitre votre statut en anticorps neutralisants (Ig G). Evidemment cela n'est pas nécessaire pour les personnes qui ont déclaré la maladie et ont eu un résultat positif au test de dépistage PCR car ce test ne donne pas de faux positifs, etant donné qu'il se base sur la recherche et la présence avérée du virus.

Cependant pour tous ceux qui ont eu des symptômes il y a plus de trois semaines mais qui n'ont pas été testés, cela confirmera ou infirmera le le contact avec le virus covid19. 

Par contre si vous pensez avoir des symptômes du covid19 et que vous voulez vous faire dépister, ce n'est pas ce test qui vous convient mais le test de dépistage par PCR (voir mon article sur les différents tests), qui peut vous être prescrit par votre médecin et est remboursé par la sécurité sociale. Mais n'en abusez pas, ce test ne va pas vous dire si vous êtes immunisés, il vous indique juste si le virus est présent dans votre corps au moment du prélèvement.      

   

Pourquoi se faire tester ? 

  • Pour être rassuré :

D'une part car si vous avez été en contact avec le coronavirus cela vous permettra de vivre plus sereinement. Vous n'aurez plus peur de l'attraper en allant travailler, faire ses courses ou dans les transports en commun. Vous n'aurez plus l'angoisse de le transmettre à vos proches et aux plus fragiles mais il faudra veiller cependant, à bien continuer à vous laver les mains.

Car comme pour la plupart des infections respiratoires, les virus sont manuportés, ils se transmettent par contact avec votre peau. Le lavage des mains est donc le meilleur rempart  contre  sa transmission.

  • Pour maintenir votre vigilance :

D'autre part, si vous avez eu des symptômes mais que vous avez un résultat négatif, cela vous incitera à maintenir votre vigilance et à bien observer les gestes barrières, la distanciation sociale et le port du masque. 

  • Pour dépister d'éventuelles séquelles :

De plus, vous aurez peut-être la surprise de découvrir que vous l'avez contracté même si vous n'avez eu aucun symptôme (asymptomatique). Dans ce cas, je vous conseille fortement de consulter votre médecin traitant pour vous assurer que vous n'avez pas de séquelles au niveau de vos poumons ou sur d'autres organes et voir s'il est encore temps de les soigner.

Pourquoi dépister d'éventuelles séquelles ? 

Le SARS-CoV-2 est un nouveau virus que nous apprenons à connaître tous les jours un peu plus. Nous découvrons au fur et à mesure les symptômes qu'il provoque et les différents modes d'action qu'il prend pour s'exprimer, rendant la maladie de covid19 multiforme.

Toutes les conséquences et les séquelles, à plus ou moins long terme, que cette maladie va engendrer sont malheureusement à venir. 

D'après les scanners (à faibles doses) que le professeur Raoult et ses collègues ont réalisé sur les personnes venues se faire dépister à l'IHU de Marseille, il y avait une proportion non négligeable de personnes qui étaient asymptomatiques et présentaient malgré tout des séquelles, pouvant évoluer vers des fibroses. Pour lui, il faut agir rapidement car un début de fibrose à des stades précoces peut être soigné.

En attendant que les pouvoirs publics et notre système de santé se saisissent de cette problématique et s'organisent pour mettre en place une réponse sanitaire (afin de suivre les patients diagnostiqués covid19 dépistés par PCR, ceux diagnostiqués covid19 mais non dépistés et les asymptomatiques qui ignorent leur contamination), je vous invite à prendre les devants et à agir en vérifiant votre sérologie.

De nombreux patients Covid-19 souffrent actuellement de séquelles. Le Professeur Didier Raoult a prévenu qu'il allait falloir mettre en place un plan pour assurer le suivi des patients covid19 et détecter rapidement les personnes asymptomatiques présentant d'éventuelles fibroses pulmonaires.

Et si nous faisions une étude ensemble ?

Si vous le voulez bien, je vous invite à partager avec moi les résultats de vos tests sérologiques, de manière anonyme et à répondre au questionnaire covid19 en pièce jointe afin de voir s'il existe des corrélations entre les résultats de vos tests immunologiques et les données du questionnaire.

Je vous ferai part des résultats dès que j'aurai suffisamment de données à étudier. Nous pourrons ainsi voir, entre autre, la proportion des personnes immunisées sur "la population de mes lecteurs qui auront fait le test" et parmi ces derniers, le pourcentage de personnes asymptomatiques.

Plus nous serons nombreux à nous faire tester et à partager nos résultats et plus nous aurons une vision claire de la situation, alors n'hésitez pas à partager mon article.

Pour rappel, lorsque vous ferez les photos de vos résultats pensez à bien flouter votre nom et votre adresse. Pour le questionnaire covid19, il est anonyme, je ne vous demanderai pour vous identifier, que votre département, votre sexe et votre âge. Pour garder un anonymat total, vous pouvez créer une adresse e-mail spéciale (sur gmail ou ailleurs) afin de m'envoyer vos résultats en toute confidentialité. Les éléments seront à adresser à : contact@mdavid19.com. Si vous voulez recevoir les résultats de cette étude, je vous invite à vous inscrire avec cette adresse à ma newsletter.   

Vous pouvez aussi me faire un envoi groupé avec les tests et les questionnaires de plusieurs personnes, pensez, dans ce cas, à bien mettre un signe distinctif sur le résultat du test sérologique et le questionnaire correspondant afin de faciliter le classement et le traitement des données. 

La santé est notre bien le plus précieux, alors à vos tests ! pour la paix de votre esprit, votre santé et prévenir d'éventuelles séquelles liées au covid19. A très bientôt pour les résultats de l'analyse de vos données.

Take care,

 

M. E. DAVID

#testscovid19 #immunitecovid19 #igGcovid19 #Raoultcovid19 #fibrosecovid19 #testsserologiquescovid19

#lecovid19pourlesintelligentsquisignorent

 

LE QUESTIONNAIRE :

POUR ALLER PLUS LOIN :

BIBLIOGRAPHIE :

https://www.vidal.fr/actualites/24770/persistance_et_efficacite_des_anticorps_neutralisants_contre_le_sars_cov_2_etat_des_connaissances_et_lecons_des_autres_coronavirus_humains/?fbclid=IwAR2BMHT0Sc0cZg5XFmtLZi_8lWtmNAD-9Jil_CY52aGttUhQWXUMfws0ztw https://www.roche.com/about/business/diagnostics/medical_value/testing-for-coronavirus.htm https://www.roche.com/strongertogether/john-young-cornavirus-research.htm https://www.sciencesetavenir.fr/sante/covid-19-l-absence-d-immunite-serait-une-exception-explique-le-pr- https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-prudence-exigee-sur-les-tests-serologiques-6813596? https://presse.inserm.fr/quelle-immunite-apres-une-infection-par-le-sars-cov-2/39181/ https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/04/23/immunite-depistage-vaccin-les-premieres-reponses-des-scientifiques-face-aux-mysteres-du-coronavirus_6037484_3244.html https://www.youtube.com/watch?v=yqxvhbciPQ8 https://www.biogroup-lcd.fr/actualites/serologie-coronavirus-les-resultats-seuls-ne-suffisent-pas?fbclid=IwAR3Ta7OKA5Zr6NXN-z-Nulji63y958Q65WbC_qPL1iycR6le-7ZlswfXnKI https://www.youtube.com/watch?v=nGPaQsh_rVM&fbclid=IwAR2wxJ5dJ1wyMf6vQ_iCy-fG8P-YdP6T_DIBsiF4mGMeiRnG4aH7vLW98tI

Le questionnaire covid19

Voir les commentaires

Les interviews du professeur Didier Raoult

Je vous fais un petit récapitulatif des interviews du professeur Didier Raoult depuis la fin du mois d'avril. J'actualiserai cette page régulièrement afin que vous puissiez y retrouver toutes ses dernières interventions.

#19/05/2020

Interview du professeur Didier Raoult du 19/05/2020

Comparaison des courbes épidémiques selon les villes et les pays.

Bulletin d'information scientifique de l'IHU - Nous avons le droit d'être intelligents ! Pr Didier Raoult, Directeur de l'IHU Méditerranée Infection

https://www.youtube.com/watch?v=Sc1-JBX2y70

 

#14/05/2020

Interview du professeur Didier Raoult sur i24NEWS le 14/05/2020

Un visionnaire, une icône, un épidémiologiste de renommée mondiale qui a l'oreille des grands de ce monde mais qui a beaucoup d'ennemis.

Les meilleurs résultats de son traitement HQC + Azithromycine avec sa série.

"Les chiffres infléchissent, l'histoire est en train de vous donner raison, l'épidémie est en train de disparaître." 

Beaucoup de décideurs se sont positionnés comme s'ils étaient face à une maladie chronique, à réfléchir à la mise en place d'études pour valider quel traitement sera le plus efficace alors que la pandémie sera finie quand les résultats seront enfin disponibles.  Rôle de médecin de terrain avant tout, avec la prise en charge des malades. 

Repositionnement des molécules anciennes controversé car ne rapporte pas suffisamment à l'industrie pharmaceutique. Comment développer une molécule qui n'est plus rentable ?  

Un capital de molécules qui peuvent être utilisées comme azythromycine sur le Zika. On scie une branche de la science qui s'est développée depuis 20 ans et ce n'est pas vu de manière favorable. 

HCQ effet connu sur les autres maladies infectieuses respiratoires. 

Les média traditionnels (journaux et télévision) en conflit total avec les réseaux sociaux et youtube. Les média traditionnels identifient comme fake news des informations qui sont réelles et ils ne relayent pas plus de fausses informations que les réseaux sociaux. 

Lésions et séquelles chez les patients faiblement symptomatiques ou sans symptômes. Cela a aussi été étudié dans les deux autres épidémies de coronavirus. Il existe une discordance entre l'état clinique au départ et l'état des lésions des poumons. Risque d'évolution vers fibroses respiratoires (scanner à base dose). Il faut définir qui devrait pouvoir être diagnostiqué. Plan pour détecter les patients atteints afin de prévenir l'évolution des séquelles au niveau pulmonaire vers une fibrose. Il est possible de traiter si l'on intervient tôt.   

Pas de portage chronique du virus chez l'homme. Le virus peut circuler autour de la terre puis revenir, on pourrait peut être avoir des cas secondaires provenant d'Inde qui a eu un début d'épidémie décalé. Cette épidémie pourrait devenir saisonnière. On ne peut pas savoir.

C'est une maladie aiguë et immunisante car il y a une production d'anticorps.

"Bizarrement les gens qui vont mal ont beaucoup d'anticorps. Beaucoup plus tôt et en grande quantité. Ce serait donc pour ça que les traitements antiviraux programmés dans les dernières phases de la maladie ne seraient pas efficaces. Dans la phase finale de la maladie, le problème n'est plus lié au virus mais à la réponse immunitaire qui est très forte, violente (ndlr et disproportionnée)."  

La meilleure manière de lutter contre la transmission d'une infection respiratoire est avant tout lié au lavage des mains. Pour lui les masques sont indispensables pour le personnel soignant. C'est le lavage des mains qui prévient la maladie et protège de la contamination.

https://www.youtube.com/watch?v=yqxvhbciPQ8

 

#12/05/2020

Interview du professeur Didier Raoult : Quelles leçons doit-on tirer de l'épidémie ? 12/05/2020

- Des chiffres qui confirment la fin de l'épidémie.

- Réflexions sur la gestion de la crise et des stratégies thérapeutiques.

- Epidémie avec un virus que l'on ne connaissait pas et une maladie différente de celles observées jusqu'à présent.

- Plan pour détecter les patients atteints de séquelles au niveau des poumons (fibroses).  

Bulletin d'information scientifique de l'IHU - Nous avons le droit d'être intelligents ! Pr Didier Raoult, Directeur de l'IHU Méditerranée Infection

https://www.youtube.com/watch?v=nGPaQsh_rVM&fbclid=IwAR2wxJ5dJ1wyMf6vQ_iCy-fG8P-YdP6T_DIBsiF4mGMeiRnG4aH7vLW98tI

 

#11/05/2020

Interview du professeur Didier Raoult par Guillaume Durand sur Radio classique dans sa matinale du 05/05/2020

https://data.radioclassique.fr/Podcasts/Invite_Politique_du_05-05-2020_08h18.mp3

 

#30/04/2020

Ci-joint le lien pour aller voir l'excellente interview du professeur dans son intégralité. 

Des informations très pertinentes. A voir absolument. 

https://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/didier-raoult-parle-sur-bfmtv-revoir-l-entretien-en-integralite-1243716.html

Take care,

M. E. DAVID

Voir les commentaires

Publié le par M. E. DAVID
Publié dans : #testscovid19, #IgGcovid19, #immunitecovid19, #mutationscovid19, #vaccincovid19, #genomecovid19
Image par Masum Ali de Pixabay

Image par Masum Ali de Pixabay

A la veille du déconfinement, beaucoup de gens s'interrogent pour savoir s'ils sont immunisés ou non contre le covid19. Nous sommes nombreux à avoir eu des symptômes grippaux ressemblants à ceux du covid19 mais était-ce la grippe, le covid ou bien un autre virus respiratoire comme il en existe beaucoup en hiver ?

Nous serions rassurés d'apprendre que nous sommes immunisés contre ce virus qui nous obsède. Il faut dire que, même si l'on veut penser à autre chose, tout est fait pour nous ramener à cette pandémie. L'obligation de confinement, les actualités en boucle sur les différents médias, jusqu'aux blagues que nous faisons circuler. 

Vous avez certainement entendu dire qu'il fallait avoir une immunité populationnelle, ou immunité collective pour que la pandémie s'arrête.

Vous avez vu des estimations de pourcentage de la population immunisée en France qui varient selon les médias entre 5 et 10 %. 

On vous a dit que l'on ne développait pas une immunité suffisante après avoir été en contact avec le virus, ou que le virus n'était pas beaucoup immunisant.

Vous avez appris que certaines personnes ayant contracté le virus avaient été infectées une deuxième fois

Vous avez entendu que le vaccin ne nous conférerait pas une immunité efficace contre ce coronavirus. 

Autant d'éléments anxiogènes pour lesquels vous aimeriez avoir plus de détails. Alors nous allons faire le point sur le sujet afin d'y voir plus clair.       

Les personnes sont elles immunisées après avoir été exposées au covid19 ?

De manière générale et dans la grande majorité des cas, les personnes ayant été en contact avec un virus développent des anticorps contre ce virus. C'est le signe que leur système immunitaire a réagi à cet agent pathogène et que dans le cas où il serait à nouveau en sa présence, il saurait alors le reconnaître et déclencher la reponse adaptée. 

La présence de ces anticorps est évaluée par les tests sérologiques (cf. mon article sur les tests). Et c'est sur cette immunité que l'on se base pour définir l'immunité collective

Pour le professeur Eric Vivier, immunologue, l'absence d'immunité serait exceptionnelle. La véritable question qui se pose est combien de temps peut durer cette immunité mais voyons d'abord comment réagit notre organisme en présence du covid19.

Quelle est la réponse immunitaire de notre organisme au covid19 ?

Existent-ils plusieurs types d'anticorps ?

Lorsque notre organisme est infecté par un virus, notre système immunitaire se défend, en augmentant la température corporelle pour freiner son développement et en déclenchant une réponse immunitaire complexe, impliquant entre autre, la production d'anticorps. Parmi ces anticorps, certains sont très spécifiques du virus, appelés anticorps neutralisants (ils neutralisent le virus en le rendant inactif) et d'autres, le sont un peu moins, ce sont les anticorps protecteurs, qui sont produits du fait de l'infection.

A partir de quand peut-on savoir si l'on a développé des anticorps ?

Notre corps met un certain temps avant de développer des anticorps. Une étude réalisée à Shanghai sur 175 personnes a montré que la grande majorité des patients avaient développé des anticorps neutralisants 10 à 15 jours après l’apparition des symptômes. 

Certains tests sérologiques peuvent déjà doser nos anticorps à partir de deux semaines après les premiers signes de l'infection. Mais pour être vraiment sûr, il vaut mieux laisser passer trois à quatre semaines avant d'effectuer ces tests immunologiques.

Quel est le pourcentage de la population ayant contracté le covid19 ?

Ce qui est sûr c'est que nous sommes loin de l'immunité populationnelle qui se situe au delà de 60% de la population ayant été en contact avec le virus.

Ce chiffre sera peut être précisément connu un jour si l'on décide de tester toute la population, pour l'instant nous n'avons que des estimations et rien de bien précis, d'après les différents articles parus dans la presse à ce jour, elles se situeraient entre 5 et 15 % de la population française. 

D'après les résultats du professeur Raoult à Marseille, la présence des anticorps liés au covid19 (séro-prévalence) seraient de l'ordre de 3% à Marseille. Sachant que dans les zones où le virus a le plus circulé, ce pourcentage sera certainement supérieur. Dans l'Oise, un des plus gros foyers de l'infection, des analyses sérologiques, sur un échantillon de 662 individus, ont montré que 26 % des personnes testées avaient été infectées et avaient développé des anticorps.

Dans le cas de l’épidémie de SRAS partie de Chine au début des années 2000, des études avaient rapporté que 10 % des patients n’étaient plus immunisés au bout de 12 mois

INSERM

Combien de temps peut durer cette immunité ? 

La question n'est pas tranchée. La plupart des scientifiques veulent rester prudents à ce sujet mais il semblerait qu'une réponse se dessine : cette immunité durerait au moins quelques mois. A supposer que le covid19 soit aussi immunisant que le SRAS des années 2000, cette immunité pourrait aller jusqu'à un an pour certains patients, si l'on tient compte des résultats des études menées sur des patients atteints du SRAS-CoV qui étaient, pour 90% des personnes testées, encore immunisés au bout d'un an. 

On peut penser que les personnes ayant été infectées par le virus et ayant eu des symptômes importants, ont développé une réponse immunitaire efficace car on sait que les patients guéris possèdent pour la plupart des anticorps neutralisants.

Il se peut cependant que certains aient développé une réponse moins efficace car nous ne sommes pas tous égaux en terme de réaction immunitaire. 

Peut-on avoir le covid19 une deuxième fois ?

La question s'est posée pendant un certain temps avec des cas rapportés de personnes, ayant soit disant été contaminées une deuxième fois, mais cela semble peu probable. 

Il est fort possible que cela vienne d'un défaut au niveau des tests permettant d'établir la guérison. Il est probable que le prélèvement ait été fait dans un réservoir où il n'y avait plus de virus (au niveau rhino-pharyngé alors qu'il était juste présent au niveau des bronches par exemple), mais que le virus n'avait pas été complètement éliminé par l'organisme.

Des virologues et épidémiologistes ont également déclaré que le virus covid19 pourrait rester latent (être présent mais en sommeil) dans certaines cellules du corps et attaquer à nouveau les organes (respiratoires ou autres), une fois réactivé. Plusieurs cas de rechutes ont déjà été déclarés au Japon et en Chine.

La personne ferait une rechute comme cela peut parfois se voir avec d'autres infections virales ou bactériennes, à cause d'un état de santé dégradé ou de défenses immunitaires affaiblies. 

Le covid19 va-t-il revenir comme un rhume l'année prochaine ?

La plupart des rhumes sont dus à des coronavirus peu dangereux. Le covid19 étant lui même un coronavirus, il est fort possible qu'il fasse sa réapparition en automne mais ce ne sera plus, ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre, comme dirait Verlaine, car il aura eu le temps de muter suffisamment pour devenir le "covid20" contre lequel même les patients guéris ayant développé des anticorps ne seront probablemernt pas complètement immunisés. 

Si nous arrivons à enrayer la transmission du virus dans l’hémisphère sud avant le début de la période automnale (qui commence maintenant), nous aurons peut être la chance de ne pas connaître l'épisode du covid20 dans l'hémisphère nord, à partir du mois d'octobre. Pour s'en assurer, il faudra suivre de près, l'évolution de la transmission en Australie, en Amérique latine et dans tous les autres pays de l'hémisphère sud.

Les vaccins ne sont pas toujours la bonne solution pour une maladie qui n’est pas immunisante…

Professeur Didier Raoult

Pourquoi le vaccin n'est pas la réponse idéale avec ce type de virus ?

D'une part, car jusqu'à ce jour aucun vaccin contre les coronavirus n'a réussi à être mis au point, sauf pour les animaux car il y a moins de précautions à prendre que pour les êtres humains.

Dautre part d'après le Professeur Didier Raoult, infectiologue éminent, les vaccins ne sont pas toujours la bonne solution. "Trouver un vaccin pour une maladie qui n’est pas immunisante… c’est même un défi idiot" dit-il dans son entretien avec Paris Match. De nombreux scientifiques sont de son avis.

Dans son interview sur BFM TV, le professeur Raoult dit qu'il faut vraiment évaluer correctement la sécurité des vaccins. Dans les premiers papiers sur les quelques essais qui ont été réalisés il y aurait des choses (adjuvants ?) qui donnent des effets secondaires très importants

Pour lui, il faut faire attention à ne pas faire des vaccins "à la sauvage", c'est un pari considérable mais ce n'est pas insurmontable car pour des maladies aiguës on arrive à faire des vaccins.

Faut-il encore que le virus soit encore là au moment où le ou les vaccins seront disponibles, ce qui n'est pas gagné, vue la vitesse de mutation du covid19.

(Pour les tests), «Il faut avoir une très, très haute spécificité. Même 0,1% ou 0,2% fait la différence. »

Schinecker (Roche)

Comment bien choisir les tests immunologiques ?

Quel est le risque d'utiliser un mauvais test ?

Nous avons vu que de nombreux tests d'anticorps (tests immunologiques) déjà sur le marché sont inexacts. Pas assez de précision, pas assez de spécificité vis à vis du covid19. 

Ils peuvent ainsi conduire à de faux négatifs ou de faux positifs menant à une conclusion erronée quant à l'immunité acquise.

Dans le cas de faux négatifs, les personnes ont été infectées par le virus mais les tests n'ont pas permis de montrer leur immunité.

Dans le cas de faux positifs, les personnes pensent déjà avoir été en contact avec le virus alors que ce n'est pas le cas et qu'elles ne sont pas immunisées. Or dans ce cas c'est d'autant plus problématique car la personne ne va pas se protéger et risque de l’attraper, il est donc essentiel d'utiliser des tests approuvés et efficaces.

Quelles sont les performances des tests sur le marché ?

Récemment la FDA (Food and Drug Administration - organisme américain chargé d'approuver les médicaments) a donné à la société pharmaceutique Roche une autorisation d'urgence pour un nouveau test d'anticorps COVID-19. Sa précision serait presque parfaite (100%), et sa spécificité de l'ordre de 99,8%;

D'autres sociétés : Abbott, Becton Dickinson et l'italien DiaSorin ont développé des tests similaires pour mesurer les anticorps au covid19.

La spécificité et la sensibilité des tests sont respectivement de 99,5% et 100% pour le test des laboratoires Abbott, et une spécificité de 98,5% et de 97,4% pour le test de Diasorin.

La performance des tests est-elle meilleure par prélèvement sanguin ?

Il semblerait que les tests réalisés sur des prélèvements sanguins intraveineux, aient une précision plus élevée que les tests par piqûre au doigt.

"Si vous prenez du sang d'une piqûre au doigt, vous ne serez jamais en mesure d'atteindre le même niveau de spécificité que vous atteindrez ... lorsque vous prenez du sang dans la veine", a déclaré Schinecker (Laboratoires Roche). «Il faut avoir une très, très haute spécificité. Même 0,1% ou 0,2% fait la différence. »

Alors autant attendre de se faire tester en laboratoire d'analyses, et n'oubliez pas de demander à votre laboratoire quels sont les fabricants des tests utilisés et d'avoir leurs performances en termes de spécificité et de sensibilité. Vous avez le droit de savoir.

Quand pourra-t-on se faire tester pour savoir si on est immunisé ? 

Je me suis renseignée auprès du laboratoire d'analyses de ma ville, les tests sont disponibles, ils coûteront autour de 35 euros.

Ces tests immunologiques seront vraisemblablement sur prescription médicale. Quid du remboursement par la sécurité sociale ? Nous n'en savons rien pour l'instant.

Les laboratoires sont dans les starting-blocks, et attendent le feu vert du gouvernement pour commencer les tests immunologiques.

Pourvu qu'ils soient accessibles aux personnes qui pensent avoir été contaminées afin de leur confirmer leur immunité par rapport au covid19. Ils auront la chance de pouvoir dire "je suis OK" et ne serons plus obligés de se protéger de ce virus, au moins pour un certain temps (aussi longtemps que la souche sera celle du covid19 et non pas celle du covid20). 

En attendant votre éventuel sésame, je vous invite à vous protéger tant que nous ne pourrons pas bénéficier, comme le reste du monde, d'un protocole comme celui du professeur Raoult, qui fera l'objet d'un de mes prochains articles. 

Take care,

M. E. DAVID

#immunitecovid19 #vaccincovid19 #testscovid19 #actucovid19 #lecovid19pourlesintelligentsquisignorent  #restezconfines #restonsconfines

https://www.parismatch.com/Actu/Sante/Professeur-Didier-Raoult-Je-suis-un-renegat-1683722 https://www.roche.com/about/business/diagnostics/medical_value/testing-for-coronavirus.htm https://www.roche.com/strongertogether/john-young-cornavirus-research.htm https://www.sciencesetavenir.fr/sante/covid-19-l-absence-d-immunite-serait-une-exception-explique-le-pr-vivier_143773 https://www.sortiraparis.com/actualites/a-paris/articles/215723-peut-on-attraper-le-coronavirus-deux-fois https://www.lepoint.fr/sante/kine/demorand-peut-on-attraper-le-coronavirus-deux-fois-31-03-2020-2369430_2467.php https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-prudence-exigee-sur-les-tests-serologiques-6813596?fbclid=IwAR0EsECyr0xRMJLEo6aYmgMzOd-DHkhJxaIJxJSaxvImhxTeLvNggFmFA5c https://www.parismatch.com/Actu/Sante/Professeur-Didier-Raoult-Je-suis-un-renegat-1683722 https://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/didier-raoult-parle-sur-bfmtv-revoir-l-entretien-en-integralite-1243716.html https://nextstrain.org/ncov/global https://presse.inserm.fr/quelle-immunite-apres-une-infection-par-le-sars-cov-2/39181/ https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/04/23/immunite-depistage-vaccin-les-premieres-reponses-des-scientifiques-face-aux-mysteres-du-coronavirus_6037484_3244.html

Voir les commentaires

La saga du Professeur Raoult et de son protocole à base d'hydroxychloroquine

#19/05/2020

Interview du professeur Didier Raoult du 19/05/2020

Comparaison des courbes épidémiques selon les villes et les pays.

Bulletin d'information scientifique de l'IHU - Nous avons le droit d'être intelligents ! Pr Didier Raoult, Directeur de l'IHU Méditerranée Infection

https://www.youtube.com/watch?v=Sc1-JBX2y70

 

#14/05/2020

Interview du professeur Didier Raoult sur i24NEWS le 14/05/2020

Un visionnaire, une icône, un épidémiologiste de renommée mondiale qui a l'oreille des grands de ce monde mais qui a beaucoup d'ennemis.

Les meilleurs résultats de son traitement HQC + Azithromycine avec sa série.

"Les chiffres infléchissent, l'histoire est en train de vous donner raison, l'épidémie est en train de disparaître." 

Beaucoup de décideurs se sont positionnés comme s'ils étaient face à une maladie chronique, à réfléchir à la mise en place d'études pour valider quel traitement sera le plus efficace alors que la pandémie sera finie quand les résultats seront enfin disponibles.  Rôle de médecin de terrain avant tout, avec la prise en charge des malades. 

Repositionnement des molécules anciennes controversé car ne rapporte pas suffisamment à l'industrie pharmaceutique. Comment développer une molécule qui n'est plus rentable ?  

Un capital de molécules qui peuvent être utilisées comme azythromycine sur le Zika. On scie une branche de la science qui s'est développée depuis 20 ans et ce n'est pas vu de manière favorable. 

HCQ effet connu sur les autres maladies infectieuses respiratoires. 

Les média traditionnels (journaux et télévision) en conflit total avec les réseaux sociaux et youtube. Les média traditionnels identifient comme fake news des informations qui sont réelles et ils ne relayent pas plus de fausses informations que les réseaux sociaux. 

Lésions et séquelles chez les patients faiblement symptomatiques ou sans symptômes. Cela a aussi été étudié dans les deux autres épidémies de coronavirus. Il existe une discordance entre l'état clinique au départ et l'état des lésions des poumons. Risque d'évolution vers fibroses respiratoires (scanner à base dose). Il faut définir qui devrait pouvoir être diagnostiqué. Plan pour détecter les patients atteints afin de prévenir l'évolution des séquelles au niveau pulmonaire vers une fibrose. Il est possible de traiter si l'on intervient tôt.   

Pas de portage chronique du virus chez l'homme. Le virus peut circuler autour de la terre puis revenir, on pourrait peut être avoir des cas secondaires provenant d'Inde qui a eu un début d'épidémie décalé. Cette épidémie pourrait devenir saisonnière. On ne peut pas savoir.

C'est une maladie aiguë et immunisante car il y a une production d'anticorps.

"Bizarrement les gens qui vont mal ont beaucoup d'anticorps. Beaucoup plus tôt et en grande quantité. Ce serait donc pour ça que les traitements antiviraux programmés dans les dernières phases de la maladie ne seraient pas efficaces. Dans la phase finale de la maladie, le problème n'est plus lié au virus mais à la réponse immunitaire qui est très forte, violente (ndlr et disproportionnée)."  

La meilleure manière de lutter contre la transmission d'une infection respiratoire est avant tout lié au lavage des mains. Pour lui les masques sont indispensables pour le personnel soignant. C'est le lavage des mains qui prévient la maladie et protège de la contamination.

https://www.youtube.com/watch?v=yqxvhbciPQ8

#12/05/2020

Interview du professeur Didier Raoult : Quelles leçons doit-on tirer de l'épidémie ?

- Des chiffres qui confirment la fin de l'épidémie.

- Réflexions sur la gestion de la crise et des stratégies thérapeutiques.

- Epidémie avec un virus que l'on ne connaissait pas et une maladie différente de celles observées jusqu'à présent.

- Plan pour détecter les patients atteints de séquelles au niveau des poumons (fibroses).  

 

Bulletin d'information scientifique de l'IHU - Nous avons le droit d'être intelligents ! Pr Didier Raoult, Directeur de l'IHU Méditerranée Infection

https://www.youtube.com/watch?v=nGPaQsh_rVM&fbclid=IwAR2wxJ5dJ1wyMf6vQ_iCy-fG8P-YdP6T_DIBsiF4mGMeiRnG4aH7vLW98tI

 

#11/05/2020

Interview du professeur Didier Raoult par Guillaume Durand sur Radio classique dans sa matinale du 05/05/2020

https://data.radioclassique.fr/Podcasts/Invite_Politique_du_05-05-2020_08h18.mp3

 

#01/05/2020

Des médecins américains affirment que l'hydroxychloroquine, médicament controversé aux USA et mis en lumière par Trump, aide 91% des patients atteints de coronavirus en facilitant leur récupération et en améliorant leurs chances de survie. Ils soutiennent qu'il ne faudrait pas attendre les données des "essais cliniques" vu les résultats largement positifs obtenus sur 2333 patients.  dailymail.co.uk

https://www.dailymail.co.uk/health/article-8266737/Doctors-group-claims-hydroxychloroquine-helps-91-coronavirus-patients.html?ito=facebook_share_fbia-top&fbclid=IwAR3_ih6HG02YM8TZoY8GHNGwzdaVwDbFTGlOVOfvjL-x1Fq2z9eTbARz1aA

 

#30/04/2020

Ci-joint le lien pour aller voir l'excellente interview du professeur dans son intégralité. 

Des informations très pertinentes. A voir absolument. 

https://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/didier-raoult-parle-sur-bfmtv-revoir-l-entretien-en-integralite-1243716.html

 

Articles récents

L'origine du COVID19 naturelle ou pas ? Que l'enquête commence...

Le professeur Luc Montagnier, prix Nobel de Médecine pour ses découvertes sur le virus du Sida, a lancé, il y a quelques jours un pavé dans la mare, qui a fait l'effet d'une bombe au niveau de la communauté scientifique quant à l'origine du virus et l'éventualité et l'éventualité qu'il puisse être issu d'une manipulation génétique.

Sa théorie selon laquelle il serait le produit de la manipulation d'un coronavirus auquel on aurait ajouté une séquence provenant du VIH, est venue relancer la thèse, largement relayée sur les réseaux sociaux, selon laquelle le virus aurait été créé dans un laboratoire P4 et qu'il s'en serait échappé par accident ou qu'il aurait été libéré intentionnellement. 

Image par Arek Socha de Pixabay

Dès le mois de mars nous avions eu des informations comme quoi l'origine pouvait être animale, via la chauve-souris, comme pour le SRAS CoV1. Puis le pangolin, ce petit animal en voie de disparition, dont les chinois sont friands, a, à son tour, été présenté comme un candidat potentiel. Mais l'hôte intermédiaire entre le pangolin et l'homme n'ayant pas été trouvé, les investigations se poursuivent. 

Nous allons enquêter sur ce sujet et voir comment progresse les différentes théories. Je vais vous faire une story avec une série d'articles, pour suivre, en temps réel, l'avancement des recherches et faire la lumière sur la véritable origine du covid19. 

Alors que l'enquête commence...

Take care,

M. E. DAVID

 

Hébergé par Overblog