Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le COVID19 pour les intelligents qui s'ignorent

Le COVID19 pour les intelligents qui s'ignorent

Tout ce que vous voulez savoir sur le covid19 sans jamais oser le demander

Publié le par M. E. DAVID
Publié dans : #IgGcovid19, #testscovid19, #testsserologiquescovid19
Tout comprendre sur les différents tests pour le COVID19

Nous entendons beaucoup parler des tests pour le COVID19 ces derniers jours mais ils ne sont pas tous équivalents. Ils ne servent pas à la même chose, ils n'analysent pas les mêmes éléments et ont des fonctions différentes. On fait le point ensemble...

  Il en existe deux sortes : les tests de dépistage et les tests sérologiques.

 

Les tests de dépistage 

 

A quoi servent-ils ?

Actuellement pour détecter la présence du covid19 ou vérifier l'évolution de la maladie, on utilise en hôpital les tests de dépistage. C’est aussi celui qui va être utilisé pour le dépistage massif prévu pour les résidents des EHPAD (Etablissement d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes).

 

Comment sont-ils pratiqués ?

Pour réaliser le test de dépistage, on effectue le plus souvent un prélèvement nasopharyngé, à l'aide d'un écouvillon que l’on enfonce profondément dans une narine soit un prélèvement des voies respiratoires basses, au fond de la gorge (crachats). 

 

Comment fonctionnent-ils ?

Ce prélèvement est ensuite amplifié grâce à la technique PCR (polymerase chain reaction). Cette technique est utilisée en génie génétique pour retrouver des traces de matériel génétique. S’ils sont présents dans le prélèvement, les fragments de l’ARN du COVID19 sont amplifiés puis un test de diagnostic est réalisé pour confirmer ou non la contamination

D'après la haute autorité de santé, pour poser le diagnostic, seule la technique de transcription inverse suivie d’une amplification est recommandée. Ainsi, le recours à des tests sérologiques ou sanguins pour rechercher le virus ou des anticorps n’est pas recommandé.

Avis n° 2020.0020/AC/SEAP du 6 mars 2020 du collège de la Haute Autorité de santé

Quelle information délivrent-ils ?

Ces tests vont vous donner une image à un instant T, la fameuse « charge virale » qui indique si vous avez une quantité importante de virus ou pas.

Lorsque le résultat est positif, on est sûr à 100 % que le patient est contaminé par le covid19. Il ne peut pas y avoir de faux positifs avec cette technique. Cependant si le prélèvement n’est pas fait correctement ou que les sécrétions ne sont pas suffisamment présentes, on peut obtenir des faux négatifs.

Un patient contaminé est déclaré guéri du covid19 après disparition de tout signe clinique et après 2 tests avec un résultat négatif à 48 heures d’intervalle.

Si votre résultat est négatif cela ne veut pas dire pour autant que vous ne l'avez pas de manière certaine, car vous pouvez aussi être en période d'incubation, qui peut durer jusqu'à une quinzaine de jours.   

Les tests sérologiques

 

A quoi servent-ils ?

Ces tests permettent ainsi de signaler si une personne a déjà été infectée et si son système immunitaire a potentiellement développé une protection contre le virus.

 

Comment sont-ils pratiqués ?

Les tests sérologiques peuvent être réalisés par une prise de sang  dans un laboratoire d'analyses ou bien avec un dispositif médical à partir d'une goutte de sang. 

 

Comment fonctionnent-ils ?

Les tests sérologiques sont basés sur la présence d’anti-corps qui sont mesurés avec des tests immunologiques.

Les tests sérologiques permettent uniquement de déterminer si une personne a produit des anticorps en réponse à une infection par le virus SARS-CoV-2

la Haute Autorité de Santé

Comment sont-ils pratiqués ?

Les tests sérologiques peuvent être réalisés par une prise de sang  dans un laboratoire d'analyses ou bien avec un dispositif médical à partir d'une goutte de sang. 

 

Comment fonctionnent-ils ?

Les tests sérologiques sont basés sur la présence d’anti-corps qui sont mesurés avec des tests immunologiques.

 

Quelle information délivrent-ils ?

Si la personne a déjà contracté le virus et qu’elle est toujours en phase d’infection, elle aura des Ig G positives et des Ig M positives (Les Ig M indiquent que le système immunitaire lutte toujours contre l’infection).

Si la personne a été contaminée mais qu’elle est totalement guérie depuis un certain temps, elle aura des Ig G positives et des Ig M négatives.

Si la personne n’a jamais été en contact avec le virus elle aura des Ig M et des Ig G négatives.

La société bretonne NG Biotech a annoncé fin mars, le lancement commercial de son test rapide. Le NG-Test IgG-IgM covid19 est un test sérologique en bandelette qui permet de détecter les anticorps et de d’obtenir à partir d’une goutte de sang un résultat en 15 minutes. Ce dispositif médical permet de différencier simultanément les anticorps (IgM et/ou IgG) produits par l’organisme lors de l’infection du covid19. La biotech Bretonne prévoit d’atteindre une production mensuelle de l’ordre de 2 millions de tests.

La @regionbretagne achètera des tests #COVID19 de @NGBiotech_EN et soutiendra fortement sa production en #Bretagne à grande échelle. Notre engagement sera total pour que ce test bénéficie au plus grand nombre.

Loïg Chesnais-Girard, Président de la région Bretagne

Donc si vous avez des symptômes, dès le 11 mai, vous aurez la possibilité de vous faire dépister avec un test par prélèvement nasopharyngé, mais cela vous dira juste si vous avez le covid19, il ne pourra pas vous dire si vous l'avez déjà contracté dans les semaines précédentes, alors rien ne sert de courir vous faire tester.

Par contre dès que les tests sérologiques seront disponibles, et plus particulièrement par dispositif médical (avec 1 goutte de sang), je vous invite à vous procurer un test (agréé par notre système de santé avec la norme CE) et à vérifier votre sérologie. Et si possible acheter celui de NG Biotech, autant que l'on consomme Français, notre économie en a particulièrement besoin en ce moment.

Je vous souhaite de tout cœur, que vos Ig G soient positives et vos Ig M négatives, comme ça l'épidémie ne sera plus qu'un mauvais souvenir pour vous, si la sérologie s'avère durable dans le temps, bien sûr, mais restons positifs.

En attendant restez bien confinés car tant que l'on ne peut pas se faire tester ni soigner dès les premiers symptômes, il vaut mieux ne pas prendre de risque.

Take care. 

M. E. DAVID

#restezconfines #testscovid19 #actucovid19 #lecovid19pourlesintelligentsquisignorent 

Commenter cet article

David jean paul 25/04/2020 17:50

Interressant

M. E. DAVID 29/04/2020 02:38

Merci

La saga du Professeur Raoult et de son protocole à base d'hydroxychloroquine

#19/05/2020

Interview du professeur Didier Raoult du 19/05/2020

Comparaison des courbes épidémiques selon les villes et les pays.

Bulletin d'information scientifique de l'IHU - Nous avons le droit d'être intelligents ! Pr Didier Raoult, Directeur de l'IHU Méditerranée Infection

https://www.youtube.com/watch?v=Sc1-JBX2y70

 

#14/05/2020

Interview du professeur Didier Raoult sur i24NEWS le 14/05/2020

Un visionnaire, une icône, un épidémiologiste de renommée mondiale qui a l'oreille des grands de ce monde mais qui a beaucoup d'ennemis.

Les meilleurs résultats de son traitement HQC + Azithromycine avec sa série.

"Les chiffres infléchissent, l'histoire est en train de vous donner raison, l'épidémie est en train de disparaître." 

Beaucoup de décideurs se sont positionnés comme s'ils étaient face à une maladie chronique, à réfléchir à la mise en place d'études pour valider quel traitement sera le plus efficace alors que la pandémie sera finie quand les résultats seront enfin disponibles.  Rôle de médecin de terrain avant tout, avec la prise en charge des malades. 

Repositionnement des molécules anciennes controversé car ne rapporte pas suffisamment à l'industrie pharmaceutique. Comment développer une molécule qui n'est plus rentable ?  

Un capital de molécules qui peuvent être utilisées comme azythromycine sur le Zika. On scie une branche de la science qui s'est développée depuis 20 ans et ce n'est pas vu de manière favorable. 

HCQ effet connu sur les autres maladies infectieuses respiratoires. 

Les média traditionnels (journaux et télévision) en conflit total avec les réseaux sociaux et youtube. Les média traditionnels identifient comme fake news des informations qui sont réelles et ils ne relayent pas plus de fausses informations que les réseaux sociaux. 

Lésions et séquelles chez les patients faiblement symptomatiques ou sans symptômes. Cela a aussi été étudié dans les deux autres épidémies de coronavirus. Il existe une discordance entre l'état clinique au départ et l'état des lésions des poumons. Risque d'évolution vers fibroses respiratoires (scanner à base dose). Il faut définir qui devrait pouvoir être diagnostiqué. Plan pour détecter les patients atteints afin de prévenir l'évolution des séquelles au niveau pulmonaire vers une fibrose. Il est possible de traiter si l'on intervient tôt.   

Pas de portage chronique du virus chez l'homme. Le virus peut circuler autour de la terre puis revenir, on pourrait peut être avoir des cas secondaires provenant d'Inde qui a eu un début d'épidémie décalé. Cette épidémie pourrait devenir saisonnière. On ne peut pas savoir.

C'est une maladie aiguë et immunisante car il y a une production d'anticorps.

"Bizarrement les gens qui vont mal ont beaucoup d'anticorps. Beaucoup plus tôt et en grande quantité. Ce serait donc pour ça que les traitements antiviraux programmés dans les dernières phases de la maladie ne seraient pas efficaces. Dans la phase finale de la maladie, le problème n'est plus lié au virus mais à la réponse immunitaire qui est très forte, violente (ndlr et disproportionnée)."  

La meilleure manière de lutter contre la transmission d'une infection respiratoire est avant tout lié au lavage des mains. Pour lui les masques sont indispensables pour le personnel soignant. C'est le lavage des mains qui prévient la maladie et protège de la contamination.

https://www.youtube.com/watch?v=yqxvhbciPQ8

#12/05/2020

Interview du professeur Didier Raoult : Quelles leçons doit-on tirer de l'épidémie ?

- Des chiffres qui confirment la fin de l'épidémie.

- Réflexions sur la gestion de la crise et des stratégies thérapeutiques.

- Epidémie avec un virus que l'on ne connaissait pas et une maladie différente de celles observées jusqu'à présent.

- Plan pour détecter les patients atteints de séquelles au niveau des poumons (fibroses).  

 

Bulletin d'information scientifique de l'IHU - Nous avons le droit d'être intelligents ! Pr Didier Raoult, Directeur de l'IHU Méditerranée Infection

https://www.youtube.com/watch?v=nGPaQsh_rVM&fbclid=IwAR2wxJ5dJ1wyMf6vQ_iCy-fG8P-YdP6T_DIBsiF4mGMeiRnG4aH7vLW98tI

 

#11/05/2020

Interview du professeur Didier Raoult par Guillaume Durand sur Radio classique dans sa matinale du 05/05/2020

https://data.radioclassique.fr/Podcasts/Invite_Politique_du_05-05-2020_08h18.mp3

 

#01/05/2020

Des médecins américains affirment que l'hydroxychloroquine, médicament controversé aux USA et mis en lumière par Trump, aide 91% des patients atteints de coronavirus en facilitant leur récupération et en améliorant leurs chances de survie. Ils soutiennent qu'il ne faudrait pas attendre les données des "essais cliniques" vu les résultats largement positifs obtenus sur 2333 patients.  dailymail.co.uk

https://www.dailymail.co.uk/health/article-8266737/Doctors-group-claims-hydroxychloroquine-helps-91-coronavirus-patients.html?ito=facebook_share_fbia-top&fbclid=IwAR3_ih6HG02YM8TZoY8GHNGwzdaVwDbFTGlOVOfvjL-x1Fq2z9eTbARz1aA

 

#30/04/2020

Ci-joint le lien pour aller voir l'excellente interview du professeur dans son intégralité. 

Des informations très pertinentes. A voir absolument. 

https://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/didier-raoult-parle-sur-bfmtv-revoir-l-entretien-en-integralite-1243716.html

 

Articles récents

L'origine du COVID19 naturelle ou pas ? Que l'enquête commence...

Le professeur Luc Montagnier, prix Nobel de Médecine pour ses découvertes sur le virus du Sida, a lancé, il y a quelques jours un pavé dans la mare, qui a fait l'effet d'une bombe au niveau de la communauté scientifique quant à l'origine du virus et l'éventualité et l'éventualité qu'il puisse être issu d'une manipulation génétique.

Sa théorie selon laquelle il serait le produit de la manipulation d'un coronavirus auquel on aurait ajouté une séquence provenant du VIH, est venue relancer la thèse, largement relayée sur les réseaux sociaux, selon laquelle le virus aurait été créé dans un laboratoire P4 et qu'il s'en serait échappé par accident ou qu'il aurait été libéré intentionnellement. 

Image par Arek Socha de Pixabay

Dès le mois de mars nous avions eu des informations comme quoi l'origine pouvait être animale, via la chauve-souris, comme pour le SRAS CoV1. Puis le pangolin, ce petit animal en voie de disparition, dont les chinois sont friands, a, à son tour, été présenté comme un candidat potentiel. Mais l'hôte intermédiaire entre le pangolin et l'homme n'ayant pas été trouvé, les investigations se poursuivent. 

Nous allons enquêter sur ce sujet et voir comment progresse les différentes théories. Je vais vous faire une story avec une série d'articles, pour suivre, en temps réel, l'avancement des recherches et faire la lumière sur la véritable origine du covid19. 

Alors que l'enquête commence...

Take care,

M. E. DAVID

 

Hébergé par Overblog